Stranger Things streaming

Stranger Things streaming

Jul. 15, 2016
Your rating: 0
9.6 367 votes

Seasons and episodes

Creator

Cast

Synopsis

Stranger Things streaming

Quand un jeune garçon disparaît, une petite ville découvre une affaire mystérieuse, des expériences secrètes, des forces surnaturelles terrifiantes… et une fillette.

Pendant la préparation de “Stranger Things”, la série originale de Netflix en Indiana a été un peu difficile à décrire. Bien sûr, il s’agissait d’un groupe d’enfants à la recherche de leur ami disparu dans des circonstances suspectes, mais de quel genre d’émission s’agissait-il ? “Était-ce un spectacle d’horreur ? Une émission pour enfants ? Un drame avec des enfants mais fait pour les adultes ? De la science-fiction qui ressemblait à un drame ? Mes enfants pourraient le regarder ? Mais est-ce que ça me plairait ? Attends, c’est Winona Ryder ?”

Eh bien, après avoir regardé quelques minutes de la série originale de huit épisodes de The Duffer Brothers (comme Matt et Ross Duffer se surnomment eux-mêmes), c’est immédiatement clair ce que c’est : C’est le film des années 80, classé PG, qui remporterait aujourd’hui un PG-13 – vos “Jaws”, “Indiana Jones” et, oui, “E.T.” et “Close Encounters of the Third Kind” de 1977.

Ces deux derniers exemples sont ceux dont les frères s’inspirent spécifiquement (ceux-là et, curieusement, l’œuvre “Halloween”/John Carpenter) pour créer un hommage aux années 80 à la décennie, avec de mauvaises coupes de cheveux, une partition électronique synthétisée et la paranoïa de l’époque Reagan-. Et si tous ces éléments doivent plaire aux cinéphiles, “Stranger Things” ne s’impose jamais comme un simple rappel de ce qui était, au lieu d’une célébration du passé et du présent.

Stranger Things” commence comme un épisode de “X-Files” (qui préfigure aussi inquiétant et précis que “The X-Files” était une émission des années 90 inspirée de la télévision des années 70, comme “Kolchak : The Night Stalker”, mais pas tant “des années 80”) : un scientifique essaie d’échapper à un bunker underground sombre et étrangement calme pour se faire attaquer par un animal invisible. Mais plutôt que de flirter avec Mulder et Scully dans un sous-sol cohabité avec des insinuations sexuelles agonisantes et réprimées, “Stranger Things” passe à quatre jeunes garçons jouant à Donjons et Dragons dans, oui, un sous-sol. Mais ils crient d’être attaqués par un Demogorgon plutôt que de “se préparer” à “travailler” sur une “affaire”.

De là, l’un des amis disparaît, la ville s’affole (en sourdine) et des choses étranges commencent à se produire. Et oui, pour la ville, ils sont assez étranges : disparitions inexplicables ; lumières clignotantes en communication ; un mystérieux site noir de la CIA. Mais pour les téléspectateurs, ils devraient être assez familiers, sinon tout à fait prévisibles.

Ce n’est pas que les événements majeurs de “Stranger Things” soient mal exécutés non plus. Les frères Duffer et le reste de l’équipe – y compris le réalisateur et producteur Shawn Levy – ont clairement une passion pour le passé et le recréent avec un flair approprié. La conception de la production utilise pas mal d’effets pratiques, ajoutant à l’esthétique des années 80, et les éléments CGI sont un bon mélange de convaincant et d’excentrique. Huit épisodes s’avère être la durée parfaite, aussi, comme la série navigue avec un clip stable sans aucun signe de lutte.

Pourtant, le résultat final – nous avons vu les huit épisodes – n’a pas d’impact durable. En cochant toutes les cases pour apaiser ses prédécesseurs, la nouvelle série ne surprend pas, même avec ses rebondissements de dernière minute. Cela dit, “Stranger Things” pourrait devenir le favori nostalgique d’une nouvelle génération. Les enfants mal informés du passé peuvent être frappés par les peurs et séduits par les personnages (dont le développement est un peu précipité, mais le groupe reste empathique). Parce qu’ils n’ont pas vu “Close Encounters” ou, espérons-le, “Halloween”, ils peuvent s’y accrocher au fil des ans, surtout si cela se prolonge pendant plusieurs saisons.

Pour les adultes, “Stranger Things” finit par ressembler davantage à une imitation d’un film moderne rendant hommage aux années 80 qu’à une authentique ode aux films des années 80. Au fond, c’était comme un hommage à “Super 8”, l’hommage de J.J. Abrams à Spielberg ; un hommage à un hommage. Et c’est très bien – même quand “Stranger Things” s’inspire de Spielberg plus récent, à savoir “Minority Report” – mais quand autant de talent brut a clairement autant d’amour pour un projet (surtout un projet dépendant d’enfants acteurs qui, en fait, peuvent agir), ça pique encore plus quand le résultat est seulement du divertissement passager, et non quelque chose de plus.

Les films “Stranger Things” ont transcendé leurs genres. Cela semble heureux de les propitiation.

Stranger Things streaming
Stranger Things streaming
Stranger Things streaming
Stranger Things streaming
Stranger Things streaming
Stranger Things streaming
Stranger Things streaming
Stranger Things streaming
Stranger Things streaming
Stranger Things streaming
Original title Stranger Things
TMDb Rating 8 2,482 votes
First air date Jul. 15, 2016
Last air date Jul. 04, 2019
Seasons 3
Episodes 25
Average Duration 50 minutes

Similar titles

Backstrom
Sneaky Pete
American Gods
Shoot the Messenger
Sleepy Hollow
Hart of Dixie
Defiance
Succession
Vikings streaming
Ballers
Castle
The Crimson Field

Leave a comment

Name *
Add a display name
Email *
Your email address will not be published
Website